La vrai joie


Tous les médecins aujourd’hui sont formels : bien des contrariétés déclenchent chez l’homme un dérèglement hormonal engendrant aussitôt un déséquilibre physique, voire psychique. Un sentiment de jalousie, de colère ou de haine peut provoquer (par exemple) un ulcère, un glaucome ou un infarctus…

Nous le disons souvent dans nos expressions : « se faire de la bile », « avoir la gorge qui se noue », etc… C’est bien s’inquiéter de telle façon que tout le corps en est affecté.

people _21_Savons-nous qu’une mine triste et renfrognée fait travailler plus de 30 muscles de la tête, tandis qu’un sourire met en mouvement une vingtaine de muscles seulement : Sourire est donc moins épuisant et, à coup sûr, un bon remède pour réchauffer ceux qui vivent autour de nous. Et pourtant, que de gens porcs-épics, qui s’irritent, se mettent en boule, dès qu’on les touche.

Avez-vous remarqué le paisible piéton quand il s’installe dans sa voiture ? Prêt à bondir devant les feux, les nerfs à fleur de peau, son comportement trahira son impatience hargneuse. Et les collègues de travail : « de vrais bouledogues », avez-vous souvent dit.

Pourquoi ? Parce que leur attitude, leur caractère reflète ce qu’il y a au fond d’eux-mêmes. Regardez les enfants : la joie semble avoir disparu de leurs jeux. Devant leurs jouets sophistiqués, ils restent impassibles. Comme les adultes, rien ne les satisfait longtemps.

Dans les camps de jeunes j’ai vu débarquer pas mal de ces ados, saturés de musique de plus de 100 décibels, blasés, le dos voûté et le regard vague, sans expression. Qu’ils sont malheureux, malgré leur argent de poche, leur chaîne stéréo ou leur Yamaha 125 !

Il en est de même pour vous : vous n’êtes pas heureux, vous le savez.

imagebase23_43Et cela ne dépend ni du temps qu’il fait dehors, ni de l’argent que vous pouvez amasser.

Même les plaisirs sont passagers et ne peuvent répondre aux besoins intérieurs de tout votre être.

La Bible dit que l’homme porte la peine de son péché. Le péché qu’il y a dans votre cœur se lit sur votre visage, s’entend sur vos lèvres, se remarque dans vos actions, hélas.

 

 

Il vous manquera toujours quelque chose, ou plutôt quelqu’un : vous avez besoin de Jésus, écoutez-le dire dans l’Evangile : « Je vous ai parlé afin que ma joie soit en vous et que votre joie soit parfaite ». Voulez-vous être à Christ, le connaître, l’aimer ?

Tournez-vous donc vers Celui qui seul peut combler votre cœur d’une joie parfaite.

Pasteur Bernard Villa

Si ce message a touché votre cœur et que vous désirez connaître cette lumière dans votre vie pour y marcher, vous pouvez nous contacter.